Comment gérer l’eau en van en Nouvelle-Zélande ?

Dernière mise à jour : 3 juillet 2019

L’eau pour boire : nos contenants d’eau

  • 1 bidon de 25L d’eau potable dite « eau claire »
  • 1 bidon de 25L pour recevoir les « eaux grises »
  • 1 gourde de 50cl
  • 1 gourde 75cl
  • 1 bouteille d’eau d’1,5L
  • 1 bouteille d’eau de 75cl

Au total = 28,5L d’eau

Nous tenons 2 à 3 jours avec cette eau pour 2 personnes qui nous sert à : cuisiner, laver la vaisselle, boire, se laver (les mains, les dents ou petite toilette du visage).

L’installation des bidons respecte la norme self-contained obligatoire en Nouvelle-Zélande si l’on veut profiter de certains camping gratuits.

Savez-vous combien un Français utilise de litres d’eau par jour ?

Voici quelques chiffres (Source SEMEA) :

La consommation moyenne d’eau d’un ménage est d’environ 40 m3 (1 m3 = 1000 litres) par an et par personne. Dans la réalité, la consommation varie sensiblement d’un ménage à l’autre.

Il faut savoir que :

  • Les WC consomment 6 à 12 litres d’eau
  • Une vaisselle à la main consomme 10 à 30 litres d’eau
  • Un lave vaisselle consomme 20 à 40 litres d’eau
  • Une douche consomme 30 à 100 litres d’eau
  • Un bain consomme 75 à 200 litres d’eau
  • Un lave linge consomme 80 à 140 litres d’eau
  • Le lavage d’une voiture consomme environ 200 litres d’eau
  • L’arrosage du jardin consomme 1000 à 2000 litres par heure

Utiliser l’eau : évier et pompe électrique

Nous avons un petit évier assez profond. Il s’agit d’un « vrai » évier en inox. Certains voyageurs achètent des plats à four qui sont à peine profonds ou des bassines d’eau en plastique… Si cela passe pour la certification self-contained, je n’ose quand bien même pas imaginer le quotidien avec ces méthodes de système D. Cela doit sûrement passer pour quelques semaines de road-trip mais si comme nous vous comptez vraiment VIVRE dans votre van durant un an cela me semble moyen.

Le robinet fonctionne avec une pompe électrique qu’on active avec un bouton on/off. Nous pouvons aussi régler le débit de l’eau. Certains voyageurs ont des pompes manuelles… Comment se laver les mains ou faire sa vaisselle quand une main est occupée au pompage ? Comme pour l’évier système D je ne crois pas que cette idée soit optimale pour une VIE en van.

Nous n’avons pas d’eau chaude. Si nous en voulons, nous devons faire réchauffer de l’eau froide à la casserole. Nous le faisons parfois pour l’eau de la vaisselle si elle est trop froide car selon ce que l’on cuisine, des ingrédients peuvent rester trop collés.

La vidange et le remplissage des bidons d’eau et des toilettes

Afin de vous parler de la manière dont on vidange et remplit nos bidons d’eau et nos toilettes, rien de mieux que de vous montrer tout cela en images !

signalétique point de vidange
Ces panneaux bleus font partie de la signalétique des points de vidange en Nouvelle-Zélande. Pour trouver les points de vidange nous utilisons l’application la plus populaire auprès des voyageurs en Nouvelle-Zélande : Campermate ! Les points de vidange comportent une station d’évacuation des eaux usées avec un robinet d’eau non potable pour rincer ainsi qu’un autre robinet avec de l’eau potable pour remplir les contenants d’eau claire.
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Voici l’installation de nos bidons d’eau.
On y voit l’évier, le bidon d’eau propre à droite et le bidon d’eau grise à gauche.
On voit également le système de pompe électrique et sur le côté, au ras de la portière, un tuyau qui permet de ne pas avoir de mauvaises odeurs dans le van.
Le tout respecte les normes pour la certification self-contained de Nouvelle-Zélande.
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
La plupart du temps, la signalétique indique où se trouve l’eau potable. S’il n’y a rien de marqué, nous regardons les commentaires de l’application Campermate et si nous nous trouvons dans une station-service, nous allons demander aux employés pour êtres bien sûrs. Nous raccordons notre tuyau d’eau propre au robinet. Il faut un embout qui s’adapte au robinet et au tuyau.
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Yoann remplit le bidon d’eau claire : il suffit juste de mettre le tuyau dans le bidon et attendre qu’il soit rempli. EASY !
Je m’occupe quant à moi de contrôler le débit entrant au niveau du robinet. Yoann me crie « TOP ! » quand c’est plein. On a tendance à le remplir au millimètre près pour être bien plein en eau.
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Ici, la signalétique indique bien en gros qu’on ne peut pas boire l’eau.
En fait, il faut avouer que la plupart du temps, l’eau au-dessus des stations d’évacuation des eaux grises ou noires est bien potable. Ils écrivent qu’il ne faut pas la boire par souci d’hygiène. En effet, les voyageurs, tels que nous-mêmes, déversons nos toilettes dans ces endroits. Le tuyau ou robinet peuvent être touchés ou éclaboussés par ces déchets… forcément nous n’irions pas boire de l’eau qui sort par un tuyau ou robinet souillé par des excréments. En revanche, nous nous servons de cette eau pour bien rincer nos toilettes et pour remplir la chasse d’eau.
evacuation eaux grises
Pour vidanger les eaux grises, nous avons un tuyau connecté au bidon. C’est donc très simple : nous avons juste à placer le tuyau au-dessus de la bouche pour les eaux usées et d’ouvrir notre vanne.
Certains voyageurs n’ont pas de tuyau et doivent porter leurs bidons de 25L.

Tout vous semble clair ? Si besoin, nous pouvons filmer quand nous le faisons !

Les toilettes

Comme vous l’avez vu dans l’article précédent, nous avons un toilette portable rangé sous le lit, accessible même quand nous sommes dans le lit. C’est obligatoire pour la certification self-contained. Nous avons une chasse d’eau de 15L. Nous mettons de l’eau non potable (ou de l’eau potable dont le robinet ou tuyau ont pu être souillé comme vu plus haut) dedans contrairement en France où nous tirons – bien malheureusement – la chasse avec de l’eau potable. Nous utilisons peu nos toilettes. Cette chasse d’eau nous dure plusieurs jours.

Nous vidangeons nos toilettes lorsqu’ils sont pleins. A l’intérieur il y a un produit chimique qui dissout le papier toilette, nos urines et matières fécales (on appelle tout cela les « eaux noires »). Nous vidons ce contenu dans les points de vidange appropriés.

La Nouvelle-Zélande a des toilettes PARTOUT ! Certains voyageurs n’utilisent donc jamais leur toilette dans le van. Nous l’utilisons si nous sommes dans un freecamp sans toilette (cela peut arriver) ou bien s’il pleut trop fort et qu’on n’a pas envie de se mouiller jusqu’aux toilettes.

Les douches

Quand nous faisons du wwoofing ou du HelpX, nous prenons des douches chez les gens.

Quand nous en sommes en road-trip nous les prenons dans les piscines municipales : les piscines néo-zélandaises proposent un accès aux douches pour un prix inférieur au tarif de la piscine. Il faut compter 2 ou 3 dollars (environ 1€13 ou 1€71) pour la douche uniquement contre 5 ou 6 dollars pour l’accès à la piscine (environ 2€85 ou 3€42). Certaines auberges de jeunesse (backpackers) offrent également parfois l’accès à leur douche pour quelques dollars.

Cela peut paraître peu cher mais nous faisons attention à notre budget. Nous ne prenons donc pas de douche tous les jours. Nous nous douchons peu quand nous sommes sur la route. 2 fois par semaine ! Le maximum a été 6 jours sans douche. En revanche, chaque jour nous faisons une petite toilette des parties les plus sensibles, à l’eau ou avec des lingettes de bébé : visage, pieds, parties intimes, aisselles (et bien sûr les mains régulièrement).

Laver le linge : direction les laveries automatiques !

Pour laver notre linge en roadtrip, nous nous arrêtons dans des laveries automatiques. Une machine à laver d’environ 8kgs coûte 4 dollars. Ce tarif ne comprend pas le séchage ni la lessive (nous avons acheté de la lessive très peu chère dans un grand magasin « The Warehouse »). On essaie de faire les machines quand il fait beau pour pouvoir étendre le linge où l’on peut (ce n’est pas toujours évident, si l’endroit est à la vue d’habitants, cela peut être dérangeant visuellement d’avoir du linge partout). Dans le cas contraire, nous payons un tour de sèche-linge (4 dollars également).

Nous faisons à peu près une machine par semaine pour 2.

La préservation de l’eau

L’eau c’est très précieux ! Quand nous vivons avec si peu d’eau, nous devons redoubler d’attention pour son usage.

Nous avons par exemple traversé deux grandes zones magnifiques (sud-Est de Wellington et Malborough Sounds) où l’eau se faisait rare. Parfois il n’y a pas d’accès à l’eau courante. Toutes les maisons avaient de grands récupérateurs d’eau de pluie. Ainsi nous pouvons lire sur des panneaux « warning, no rain, no water » = « attention, pas de pluie, pas d’eau ».

Nous avons donc dû faire attention à la moindre utilisation de l’eau : se brosser les dents avec un minimum d’eau (utiliser un verre pour mesurer la quantité et ne pas en perdre), cuisiner des aliments qui ne nécessitent pas beaucoup d’eau (pâtes et riz sont trop demandeurs). La vie en van permet réellement de se rendre compte de la préciosité de l’eau et de savoir la contrôler, ne pas gaspiller, repenser nos moindres gestes.


Nous espérons que cet article vous a éclairé sur notre gestion de l’eau en van et en road-trip et que vous aussi vous faites attention à votre usage de l’eau ! Il y a plein de petits gestes à effectuer pour conserver l’or bleu ! Quels sont les vôtres ?

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Queen Charlotte Sounds, South Island, 25 Octobre 2018 : une zone géographique où l’eau potable est à bien conserver !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.